Le nouveau Plan climat de la France par Nicolas Hulot : des objectifs ambitieux, des moyens encore à préciser

Le ministre de la transition écologique et solidaire a présenté à la presse le 6 juillet 2017 le nouveau plan climat. Objectif : atteindre la neutralité carbone en 2050.

Nicolas Hulot - Photo AFP/Thomas Samson

1 planète, 1 plan

L’objectif de ce plan climat est ambitieux

Davantage encore que l’historique facteur 4 climatique qui vise à diviser par 4 les émissions de gaz à effet de serre de l’Hexagone entre 1990 et 2050, l’objectif nouveau vise à stocker autant de gaz à effet de serre que ceux qui sont émis par les transports, les logements, l’industrie, etc.
Toutefois, selon un récent rapport du Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD), la France est cependant à la peine pour atteindre le facteur 4.

Le plan que je présente va se structurer au fil du temps dans les 5 années à venir, a indiqué Nicolas Hulot.

Parmi les « 6 grands thèmes et 23 axes » de ce document d’une vingtaine de pages, certains concernent le secteur des transports, avec le rattrapage accéléré du prix du gazole sur l’essence, la fin des voitures à pétrole, des aides aux véhicules propres.

un plan climat pour la rénovation énergétique des logements

Pour le logement, la disparition des 7 millions de passoires thermiques est annoncée pour 2027. Elle sera financée grâce à une enveloppe de 4 milliards d’euros issue du plan d’investissements lancé par Édouard Philippe, ainsi qu’à des tiers financements. Des diagnostics seront proposés aux ménages modestes dès l’an prochain. 

un plan climat énergie

Concernant l’énergie, la fin du charbon est programmée pour 2022. Au rayon nucléaire, sa réduction à 50% de la production d’électricité en 2025 reste d’actualité, sans qu’aucun nom de réacteur à fermer n’ait été cité. Il s’est toutefois engagé ce lundi 10 juillet, à fermer « peut-être jusqu’à 17 » réacteurs nucléaires.

Même chose pour les énergies renouvelables dont le cap de 32% en 2030 a été rappelé. La programmation pluriannuelle de l’énergie ne sera d’ailleurs pas révisée avant fin 2018. Le ministre a affirmé que la taxe carbone devrait dépasser 100 € la tonne en 2030, mais son montant précis est renvoyé à la future loi de finances.