Les démarches énergie-climat des communes de la Métropole de Lyon passées en revue

L’ALEC réalise une observation des démarches énergie-climat auprès des 59 communes de la Métropole de Lyon. Retour et analyse des premières données collectées.

Cette observation des démarches énergie-climat communales s’inscrit dans notre projet associatif (2016 – 2020), dont une des orientations est l’appui à la démarche de transition énergétique d’acteurs clés du territoire. Les 59 communes de la Métropole font partie des principaux acteurs visés. En cette année de Conférence Énergie Climat, cette observation permettra d’identifier les champs investis par les communes et ceux plus souvent laissés de côté, afin d’améliorer l’accompagnement proposé par l’ALEC aux collectivités.

Cette observation est réalisée grâce à des retours déclaratifs des communes sur leurs actions menées au cours des deux dernières années, l’ALEC n’adoptant pas une position de « certificateur » mais d’observateur. La prise de contact s’appuie sur la grille de lecture de la Mallette Plan Climat Communal (PCC), outil d’accompagnement développé par l’ALEC et récemment mis à jour (Voir ici).

La consultation s’articule autour des 10 thématiques identifiées dans cet outil :

  • Gouvernance et organisation
  • Formation et sensibilisation
  • Patrimoine communal
  • Commande publique
  • Bâtiments et urbanisme
  • Mobilité
  • Adaptation au changement climatique
  • Développement économique
  • Partenariats

Les actions signalées par les communes sont ensuite classées selon les 50 actions contenues dans la mallette.

Des champs d’actions inégalement investis

actions energie climat des communes de la metropole de lyon

Jusqu’ici, un tiers des communes ont répondu à notre sollicitation totalisant 250 actions. L’analyse des premières données donnent un aperçu des démarches énergie-climat communales en cours.

Trois champs sont particulièrement investis par les communes :

  • Le patrimoine communal (18,5% des actions),
  • La mobilité (15%)
  • Les actions d’adaptation aux effets du changement climatique (15%).

Les interventions sur patrimoine communal regroupent à la fois des actions de suivi et d’optimisation des consommations, de rénovation énergétique, de constructions performantes mais aussi la gestion écologique de l’éclairage public ou de la flotte de véhicules.Quant aux actions d’adaptation, près de la moitié concerne la préservation des espaces verts et naturels et la limitation de l’effet d’îlot de chaleur urbain : gestion différenciée des espaces verts, végétalisation d’espaces publics et privés, toitures végétales, etc.
En revanche, les actions concernent très rarement les partenariats (3,6%) et la qualité de l’air (une seule actions recensée) ce qui montre notamment un besoin de consolidation des informations, car de nombreuses communes participant régulièrement aux clubs DD de la Métropole et aux rencontres Plans Climat Communaux PCC n’ont pas renseigné cette action, ce qui explique cette faible représentation de la catégorie « partenariats ».

Pour ce qui est de la qualité de l’air, la mise en place d’actions par la Métropole est récente et un volet Air sera intégré dans le Plan Climat Air Énergie Territorial (PCAET) de la Métropole de Lyon.

Des démarches énergie-climat diversifiées et une mobilisation variable  

Globalement, les actions menées par les communes sont variées et mobilisent largement leurs compétences, notamment dans leur rôle de sensibilisation et d’acteur relai auprès des citoyens. Ainsi, sur les 50 actions proposées par la mallette, 37 sont mobilisées au moins une fois par une commune et 18 par au moins cinq communes différentes. On observe néanmoins des disparités entre les communes, à la fois sur le nombre d’actions réalisées et sur leur niveau d’engagement. Sans surprise, la taille de la collectivité influence grandement le nombre et la diversité des actions menées.

Ainsi, les communes de plus de 10 000 habitants ont réalisé en moyenne 18 actions chacune (dont 12 actions différentes) alors que cette moyenne est de 8 actions pour celle de moins de 10 000 habitants. Cependant, certaines petites communes font preuve d’un engagement marqué : trois des huit communes de moins de 10 000 habitants analysées ont réalisé plus de 10 actions différentes ces deux dernières années. Les actions transmises à l’ALEC peuvent aussi être plus ou moins exhaustives, ce qui peut potentiellement accentuer les différences entre commune.

Les contributions sont ouvertes jusqu’à la fin du mois de juin. Si vous souhaitez y participer, notre équipe reste à votre disposition pour vous assister ou vous renseigner. 

  • Contacts : Matthieu Guédon / Claire Bailly